Big Pun – Capital Punishment – 1er album d’un rappeur latino certifié disque de platine !

Du Bronx à la lumière

Christopher Lee Rios a eu une vie très courte et très inattendue. Il est décédé brutalement, mais nous as laissé quelque chose que Friedrich Nietzsche avait réussi à identifier, c’est le « ressenti ». Nietzsche a verbalisé le fait que les hommes se « vengeaient de vivre ». De nos jours, la donne a changé, beaucoup de gens sont en excès d’inexistence, noyé dans un monde numérique à la quête de la gratification et de la monstration. Ici, c’est tout le contraire et Christopher avait beaucoup vécus et des très jeunes, et de manière assez brutale. Tout ceci finalement se retrouve dans cet album intitulé ; Capital Punishment, qui dès l’intro, vous rentre encore dans le corps comme une pluie froide et glaciale et vous mettra sûrement face à vos démons…

Le premier album du rappeur du Bronx est un voyage dans cet arrondissement oublié. Une plongée dans les tripes d’un jeune homme ayant grandi dans le ghetto. À l’âge de 15 ans, il n’est plus vraiment présent dans l’appartement familial, traîne toute la nuit, se retrouve sans père et avec une mère toxicomane. Il se raccroche à la rue, néglige sa sœur, ravale sa peine et se jette dans une violence aveugle. Sa grand-mère prend soin de lui tout en étant rongée par la peur.

Très vite il s’investit dans la musique et forme le Full-A-Clips Crew. Moins de 10 ans plus tard, il rencontre un autre rappeur du Bronx, Fat Joe et pose ses premiers raps en studio sur le morceau Watch Out, extrait du 2e album de ce dernier ; Jealous One’s Envy.

Sans tarder Big Pun rentre à son tour en studio enregistrer ce magnifique premier album ; Capital Punishment avec aux commandes Fat Joe, RZA, Dead Prez et toute une flopée de producteurs. On y retrouve des classiques comme Still not a player qui aura un succès commercial assez conséquent au très sombre Beware.

“I’m the epitome of catchin’ wreck, catch you when you cash your check Smash you when you pass then jack you for your fuckin’ Lex”.

Il décède tout juste 2 ans après la sortie de ce premier album pour cause de surpoids à l’âge de 28 ans, laissant 3 enfants.

Chris Rivers

L’un de ses enfants est également rappeur et cumule déjà 7 albums depuis 2013. Il possède dans son regard l’humanité débordante de son père mais surtout un amour pour le rap.

 

author
Éditorialiste, musicien/mélomane. J’ai la plume passionnelle. Toujours le petit coup de crayon afin de souligner l'histoire et les tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *