THE DON KILLUMINATI: THE 7 DAY THEORY’, l’album enregistré en 7 jours !

”On fait la guerre quand on veut, on la termine quand on peut.” (Nicolas Machiavel)

De Death Row Records à la tombe !

https://hiphopeducation.com/
https://hiphopeducation.com/

Aujourd’hui nous fêtons les 25 ans de cet album de Tupac Shakur, intitulé The Don Killuminati: The 7 Day Theory. Cet album enregistré en 7 jours dans la tourmente Death Row Records durant l’été 1996 voit le jour en date du 05-11. À la sortie de cet album, Tupac sera décédé depuis déjà 1 mois et demi. L’album initialement prévu pour l’année 1997 sortira dans la foulée d’All Eyez On Me et fera de 1996 une année record pour Tupac, mais aussi la pire année de sa vie, du fait de sa disparition. Tupac s’était engagé dans une guerre qui le dépassait lui-même et qui fait d’All Eyez On Me un album aux antipodes de ses valeurs, et j’en avais déjà parlé dans un mini article.

Quand je parle de valeurs, je parle du parcours de l’artiste, de ce en quoi il croyait étant jeune, de son amour pour le théâtre, la musique pop, l’acting et la littérature. La violence instaurée par Suge Knight, dans laquelle il s’est retrouvé, est indescriptible et difficilement discutable, car elle l’a mené à sa perte.

À sa sortie de prison, Tupac rentre dans le Gangsta rap et du fait de sa protection par les Bloods et les Crips, se sent intouchable et finit par s’attirer la haine et mourir à son propre jeu. Il est important aussi de savoir que Tupac, cette année-là, était et d’après ce que l’on dit, un membre officiel du gang des Mob Piru, la marche arrière était donc impossible.

La pochette de l’album, représentant le protagoniste sur la croix dans une tentative de transmettre sa crucifixion par les médias, est destinée à impliquer une résurrection artistique. George “Papa G” Pryce, ancien responsable de la publicité pour Death Row, a affirmé que “la pochette de cet album était une pure ironie, mais qu’en aucun cas le projet était prêt à sortir avec ce visuel. Une fois Tupac décédé, c’est finalement ce visuel qui a été choisi, comme pour conjurer le sort et cette résurrection n’aura malheureusement jamais lieu. Une fois Tupac parti, plus rien n’avais de sens à Death Row records également.

”Exit Tupac : Enter Makaveli”

”Me – a born leader never leave the block without my heater”

L’album est une vraie œuvre philosophique dans le sens où il a été croisé avec ce philosophe haut en couleurs de la Renaissance. Le côté noir de cet album prend tout son sens avec ce qui se passait dans la vie de l’artiste depuis sa sortie de prison à la fin de l’année 1995. Tupac était un visionnaire doté d’une plume des plus tranchantes surtout dans ce dernier album enregistré de son vivant mais sorti de manière posthume, beaucoup de textes traitent de sa mort.

”Picture paragraphs unloaded, wise words bein’ quoted, peeped the weakness in the rap game and sewed it”

 

author
Éditorialiste, musicien/mélomane. J’ai la plume passionnelle. Toujours le petit coup de crayon afin de souligner l'histoire et les tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *