MONK-E LE PRAGMATIQUE | Post-Pite

Moins d’1 an après la sortie de son dernier album intitulé 8, Monk-E alors bloqué en Ouganda, en a profité pour enregistrer un nouvel album intitulé ; To Suffer With a Smile on/Souffrir le sourire aux lèvres, en collaboration avec l’artiste Zex Bilangilangi. Cet album est disponible dès aujourd’hui sur toutes les plateformes.

Énigme

Je dis qu’il est bloqué, confiné, mais Monk-E ne serait pas d’accord avec ce terme et aimerait que je dise, que la vie l’a déposée las bas pour une période indéfinie et que dans ces moments-là, il faut agir en conséquence, reprendre ses esprits et accepter la situation. Monk-E aime le répéter que les moments dans l’histoire se construisent à deux et c’est exactement ce qu’il a fait dans ce projet de 10 titres aux sonorités afro, raggamuffin, en tout cas très coloré. N’oublions pas que voyager lui remplit le cœur et qu’il prend cette situation particulière comme une occasion de faire quelque chose et c’est ce qui a toujours fait de lui un MC (Maître de cérémonie). Ou vous prenez part à la cérémonie ou vous créez votre propre cérémonie !

Génie et folie

Personnellement, je l’ai toujours vu comme étant beaucoup plus qu’un rappeur, car il est cette personne qui réinvente le rap en le greffant à des sonorités particulières et pouvant se mettre à rapper, improviser n’importe quand et créer de l’art avec n’importe quoi. Il n’est pas un rappeur au même titre que la Musique contemporaine n’est pas de la musique, tout cela est bien plus que ce qu’on voudrait bien que ce soit ; c’est de l’art tout simplement et c’est durement définissable, et tant mieux. J’imagine complètement Monk-E collaborer dans le futur avec des artistes de la Musique contemporaine afin de tester son goût de l’expérimentation sonore. Après tout, déposer un saxophone sur le bord d’une rivière et laisser le vent créer la mélodie et rapper dessus il n’y a pas plus artistique que ça.

Hip-hop

Si on s’attarde à son côté Hip Hop, il est de la trempe d’un KRS ONE, SUPERNATURAL, GURU, AFRIKA BAMBAATAA. Sa manière d’enchevêtrer les mots nous amène une sonorité unique et singulière à chaque écoute et c’est fort agréable de le retrouver sur un album aussi coloré, car 8 était plus sombre, plus bleu foncé mais sa manière de jouer avec le terne est admirable. Son flow est très complexe pourtant il est un excellent vulgarisateur, car les images que l’on devine sont très clair.

To Suffer With a Smile on/Souffrir le sourire aux lèvres

Cet album m’a vraiment fait du bien, car c’est une expérience double, c’est écouter un rap dansant, qui donne envie de laisser son corps sortir de toutes ses restrictions que l’on vit en ce moment avec le COVID-19 et en même temps de réfléchir, car Monk-E a toujours cette plume pensive. Le travail sur les mélodies est archi plaisant sur cet album. Petit regret, je trouve que le MC montréalais a laissé énormément de place à Zex Bilangilangi, un petit trop à mon goût. J’aurais apprécié que ce soit mieux réparti, mais Monk-E a certainement cette politesse de l’invité, c’est tout à fait compréhensible. C’est un album impulsif, pas trop long, excellent pour le début de l’été et musicalement au top. Monk-E en es à plus de 8 albums et j’ai toujours l’impression qu’il n’a même pas commencé à créer musicalement, c’est tout juste le début.

Commander l’album : https://monk-e.bruit.app/tosufferwithasmileon

 

author
Éditorialiste, musicien/mélomane. J’ai la plume passionnelle. Toujours le petit coup de crayon afin de souligner l'histoire et les tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.