Public Enemy – Fear of a Black Planet !

Avant cet album, j’avais goûté au rap, mais disons, au rap plus léger, teinté de Dance et House music. Début 90, quand le rap commence à prendre la parole sans qu’on lui demande et qu’il commence à devenir insolant et que pas mal d’artistes fleurissent de partout, il y avait ce que l’on appelait, des essais de vulgarisation rap … !! Par là j’entends toutes les chansons genre ; Snap – Technotronic – Black Box – Benny B ect… ect… et c’est par là que j’ai commencé.

Tiens, tiens, tiens, c’est bizarre ça revient à la mode aujourd’hui et tout le monde disait ; oui c’était mieux le rap avant, c’était du vrai rap engagé, ben non ! Rapper’s Delight, ce n’était pas engagé et encore moins Benny B, ou Snap et pourtant c’était du rap, ben oui, une sorte de vulgarisation de rap et jusqu’à preuve du contraire, ben les artistes faisaient du rap.

Avant que je sois choqué de la virulence des artistes de la compilation ; Rapattitude qui sortait en mai 1990, 1 mois avant sortait l’album avec lequel j’ai clairement commencé le rap, Fear of a Black Planet de PUBLIC ENEMY. Un album à la production très dur à écouter, car l’équipe The Bomb Squad vous en mettait plein la figure et même si je n’avais que 9 ans, je me souviens avoir demandé à mon père de m’acheter cette cassette et de ne comprendre absolument rien, mais alors RIEN à tout ce bordel sonore. Néanmoins, cet album reste un diamant brut, croisé au film Do The Right Thing de Spike Lee, qui est également un chef d’œuvre, ce qui renforce encore plus le titre de l’album et son message.

Brothers Gonna Work It Out + Burn Hollywood Burn + Can’t Do Nuttin’ for Ya Man + Anti-N***er Machine, pour ne citer que ces titres là.

36 ans après la naissance du groupe, la ferveur de Public Enemy est la même qu’aux premiers jours. Également, avec tout ce qui se passe aux États-Unis depuis quelques années, le message du groupe ne fait que prendre tout son sens. Public Enemy est un vieux groupe de rap plaisant de plus en plus à la jeunesse en quête de justice et de respect, surtout en ce qui concerne le droit des Afro-Américains. Les jeunes américains militants découvrent ce groupe et se reconnaissent directement. Musicalement, cet album risque d’être dur à écouter pour certaines personnes à cause de ce que j’expliquais plus haut, mais si vous lui donnez sa chance, il installera ou ravivera en vous une rage.

There is something changing in the climate of consciousness on this planet today Public Enemy…

author
Éditorialiste, musicien/mélomane. J’ai la plume passionnelle. Toujours le petit coup de crayon afin de souligner l'histoire et les tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *