ROCK/RAP – Crossover – Part 4 (2000-aujourd’hui)

Rahm Jethani

Édito

Toutes initiatives est définitivement possible aujourd’hui.

Début 90, Zack de la Rocha criait sa colère au micro, puis Jonathan Davis est arrivé avec la même colère, mais plus d’émotivité, puis Chester Bennington est arrivé dans les années 2000 avec encore plus d’émotivité. Milieux des années 90, il se passe quelque chose qui explosera dans les années 2000 et 2010 et ceci a justement un lien très fort avec l’émotivité. Les années 2000 laissent apparaître la fin d’une scène Numétal essoufflée qui puise énormément dans l’industriel avec des groupes comme ; Powerman 5000, Static X, The Union Underground, Slipknot ect…. Le sous-genre veut se réinventer en s’acoquinant avec de plus en plus la musique électronique. Néanmoins, on remarque que le sous-genre est en train de perdre de la vitesse comme un athlète de haut niveau en fin de carrière.

Rappel important

Dans les épisodes précédents, je faisais bien la différence entre le crossover Rock Rap et le Numétal qui était une entité à lui tout seul. La fusion Rock Rap existait elle depuis très longtemps et nous avons pu remonter à la fin des années 60 avec Eric Burdon & The Animals et son mélange pop funky au phrasé rappé, pour tenter de mettre une date de début, quoi que ça serait très vantard de dire qu’on la fait. Hormis cela, si l’on veut poser les bases on remontera dans les années 80 avec Run DMC, Public Enemy, Anthrax et Aerosmith.

Aujourd’hui, si l’on parle de fusion de pièce fusion mélangeant les deux genres, disons que concrètement, cela se fait de moins en moins. Le crossover n’est définitivement plus à la mode et à complètement joué toutes ses cartes. Toujours friand de conquêtes, le rap s’acoquine aujourd’hui avec les rythmes latins, avec lesquels il avait flirté un tant soit peu dans les 90’s et 2000 mais ils ne se cachent plus pour s’aimer. L’imagerie brute, tough, hardcore, ne marche plus vraiment aujourd’hui et de ce fait, nous assistons presque plus à des crossovers entre le rock et le rap. Regardez le retour, départ, retour, timide de Limp Bizkit, on ne sait même plus où en est le groupe qui vivote un tant soit peu ici et là. Tout ceci pour dire que la scène métal se porte très bien de côté, rempli des festivals et vends toujours autant de disques et de merchandising et la scène rap est devenu la fille la plus sexy de l’école en quelque sorte.

Le Rock et le Rap, plus en détail

Le rock à toujours laissé une porte ouverte à l’émotionnel, ce que le rap se refusait de faire, car il se devait d’être tough et dur. Mais tout ceci c’est de l’histoire ancienne, surtout depuis que les rappeurs ne s’habillent plus comme des « rappeurs » et que les métalleux, ne s’habillent plus comme des métalleux. Dans les années 2000, les deux publics étaient bien distincts et il y avait très peu de mélange entre les genres. Toutes les initiatives qui ont été faites depuis les années 80 ont finies par payer que 30 ans après, tout comme la démocratisation du rap et sa place aujourd’hui au top des musiques les plus écoutées.

Methods of Mayhem

Même si ce projet est quelque peu passé inaperçu malgré le fait d’avoir du bruit au Ozzfest en août 2002, il représente complètement l’entrée dans les années 2000 et le renouveau du Numétal aux teintes industrielles. Tommy Lee ex-batteur du groupe Motley crue, fonde le groupe à la fin des années 90 et nous propose un mélange Rock/Rap aux teintes industrielles, comme ça commençait à se faire de plus en plus à l’aube du bug informatique ; 01/01/00.

Cette fusion allait donc s’éteindre peu et à peu, mais allez laisser naître des artistes de plus en plus ingénieux. Sur ce premier album, MOM, nous propose un melting pote complètement imprévisible sur lequel on peut retrouver sur la même Track ; Fred Durst, Lil KiM et George Clinton, tout ceci saupoudré de guitares archi digitalisées telle une pâte feuilletée sonore, afin de nous proposer quelque chose de difficilement identifiable, mais de très originale pour l’époque. Le mariage des gens a bel et bien lieu, c’est une certitude, mais toutes les oreilles n’étaient pas forcément prêtes à cela.

La garde partagée

Et si le rock avait donné au rap le emo ? Après de longues batailles juridiques et marre de devoir s’en occuper une semaine sur deux, c’était trop, il fallait prendre des distances. Bien sûr, il n’a pas complètement disparu du rock hein, le bb retourne voir sa mère de temps en temps, mais de grandir avec son père ça lui va mieux on dirait.

De Linkin Park à Xxxtentacion, tout est normal et tout a eu un cheminement logique à vrai dire. Musicalement, tout s’enchaîne sans accroc. Ce mariage des genres n’a fait qu’évoluer et se transformer en quelques chose de pas palpable, de difficilement nommable, mais de très intéressant à découvrir et à écouter. C’est la beauté de la musique, cette auto-transformation continuelle vers toujours quelque chose de nouveau. Bien avant de taper dans le mile, remontons à la fin des années 90. On ne présente plus Linkin Park qui par son sa popularité représente le son populaire des années 2000. Des influences rock alternatives à la New-Wave, aux influences rap et culture nippone, le résultat aller être une sorte de son très avant-gardiste pour l’époque. Nous en conviendrons que la suite logique du Numétal allait prendre totalement cette forme, ce qui allait une fois de plus tout faire pour réunir les amateurs de rap et les amateurs de rock/métal si on peut dire, du moins allait rapprocher les deux publics pour enfin pouvoir espérer ne plus parler de deux publics bien distincts.

L’importance de Lil Wayne

Lil Wayne fait partie de ses rappeurs qui par son look, son discours et sa musique, ont permis au rap de s’émanciper et d’aller flirter avec d’autres genres musicaux. Le rap de Lil Wayne a amené cet art encore plus loin que sa propre identité, un peu comme votre enfant que vous envoyé contre son gré en colonie de vacances, finalement, il reviendra à la maison avec un esprit encore plus ouvert et plus d’amis. Par ailleurs, il lance les carrières d’artistes comme entre autres ; Nicky Minaj, Drake et Young Money. Encore aujourd’hui, il a une forte influence sur le paysage rap actuel car il ne cesse de se réinventer et à chaque album, il joue la carte de l’expérimentation.

Une renaissance du ROCK/RAP, mutation

Les années 2010 ont permis à une toute nouvelle scène d’être encore plus opportuniste que les précédentes et de véritablement inventé un son totalement hybride reprenant l’émotivité du rock, du émo et du métal et l’agressivité et la plume tranchante du rap. Nous sommes enfin arrivés à une époque où les rappeurs ne s’habillent plus comme des rappeurs et les métalleux ne s’habillent plus comme des métalleux. Des années 80 aux années 2010, les admirateurs des deux genres se regardaient un peu de loin malgré toutes les bonnes initiatives mises en œuvre. Il n’en reste qu’aujourd’hui, les deux scènes se portent à merveille et se côtoie pour le plus grand bonheur des personnes voulant rapprocher les deux publics. L’époque où l’on se demandait si le mariage des genres était possible est totalement révolue. XXXTentacion en ait clairement la preuve au travers de ces projets ; Mixtapes, albums, etc. On est à plus de 25 projets entre 2012 et 2019. L’artiste s’est montré avoir un éclectisme pratiquement perturbant à nous en faire tourner la tête, ce qui a dû rendre totalement fous ceux voulant à tout prix mettre des étiquettes.

Ni barreaux, ni barrières, ni frontières

En 2017, dans une Mixtape collaborative, Xxxtentacion réalise un track mettant justement en application cette ouverture d’esprit. Sur le sample de la chanson Spit it out de Slipknot, X et Ski-Mask the Slump dog pousse les limites du rap de manière générale, avec cette oeuvre complètement surréaliste.

Génération(s)

Le média s’est attardé sur justement cette interrogation ; comment le Numéral a inspiré la génération actuelle de rappeurs. La génération y est la génération internet est celle ayant grandi par exemple avec déjà cette mixité entre le rap et rock, bien installée. La génération précédente, la x avait vécus des initiatives mais les bienfaits de ces initiatives se sont fait ressentir pour la génération z, celle qui est dans la vingtaine aujourd’hui. Chaque génération travaille pour l’autre, soyez-en ravi.

Lala &ce

Lors de son récent passage à la Place Hip-Hop à Paris, Lala &ce à performé une de ses chansons intitulée Sipa avec des musiciens au travers d’un arrangement musical très proche de ce qui était développé au début de l’article, c’est à dire cette union véritable entre le Rock et le Rap au travers de cette toute nouvelle musique hybride. Les frontières sont tombés et toutes initiatives est définitivement possible aujourd’hui.

La transformation

Justement, depuis l’avènement de cette toute nouvelle scène, nous avons pu observer autant en Amérique du Nord qu’en Europe, des artistes raps revêtir des t-shirts à l’effigie de groupe de métal, pour la plupart faisant partie de la scène des années 80,90 et des acteurs de la scène métal revendiquait une appartenance à la scène rap. Un bon exemple est le groupe Obey The Brave, dont nous parlerons en détail dans le hors-série spéciale Québec. Dans leurs premiers albums intitulés Young Blood, on y retrouve un interlude instrumental rap et justement en 2012, j’avais pu m’entretenir avec Alex, le chanteur du groupe ce sujet-là (9:52), et donc discuter avec lui simplement de musique.

 

Marilyn Manson Éminem & Marilyn Manson Bill $aber

Au début des années 2000, Marilyn Manson et Eminem avaient partagé la scène sur la chanson The Way I am. Les deux boucs émissaires de l’Amérique blanche faisaient front face aux accusations d’une société qui les diabolisaient. La tuerie de Columbine en 1999 a mis le feu aux poudres, mais pas seulement auprès de l’establishment mais également auprès des artistes aussi. Musicalement, c’est une collaboration que je n’avais pas vu venir et que beaucoup de gens ont prise comme une grosse claque dans la figure. Cependant, je pense que cette collaboration a définitivement servi à unifier les deux publics car à cette époque chaque camp était bien dans son camp et le cross-over rock rap en général, incluant le néo-métal, s’essoufflait quelque peu. Le rap prenait une autre direction et le rock se réinventait sous plusieurs formes de métal, disons. (Métalcore, Deathcore, Grindcore, ect.)

La rencontre sur scène

Que diriez-vous d’un EP commun façon Bootleg entre les deux artistes ? Je pense que ceci servirait à encore plus réinventer la musique. Si on suit la logique de ce que j’ai développé au début de ce dossier, le mariage des genres entre les deux artistes ferait beaucoup de bien aux deux scènes. Il est intéressant de constater que Bill $aber, dans une entrevue pour le site Complex en février 2018, affirmait ne pas trop connaître la carrière de MM mais qu’il s’y est intéressé par le biais d’un documentaire. Par la suite, il devint assez mateur de la musique. MM lui découvrit le rappeur par une connaissance et tomba directement en amour avec son délire gore, ce que l’on pourrait qualifier, Horror-rap, Horror-core ou l’un des plus grands représentants de ce genre est un Canadien du nom de Mad Child du groupe Swollen Members.

Le crossover est encore là

Dans un genre plus traditionnel, le crossover est encore présent aujourd’hui, mais bien sûr avec une nouvelle couleur. Afin de mettre le doigt dessus, un groupe qui je trouve représente le mieux ce nouveau son depuis maintenant quelques années, les Français de ; Smash Hit Combo. Originaire d’Alsace, mais signé au Québec, le groupe commence au milieu des années 2000 et représente très bien cette continuité du néo métal avec plusieurs autres tentacules, amenant le groupe vers un Deathcore sur vitaminé, mais groovy avec autant de chant crié que de rap, tout ceci roulé dans un son industriel, donnant au groupe une grande singularité.

Prochain et dernier épisode, sera un Hors-série spécial Québec ou nous nous interrogerons sur le crossover au sein de notre province.

EPISODE 1

ÉPISODE 2

ÉPISODE 3

INTERVIEW AVEC RUIN THE BEAT

author
Éditorialiste, musicien/mélomane. J’ai la plume passionnelle. Toujours le petit coup de crayon afin de souligner l'histoire et les tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *